:: Edimbourg :: New Town :: Imprimerie Alexander Malcom Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tales Of Old this Time |Jamie|
avatar
Avatar : Elizabeth Olsen
Sam 11 Aoû - 10:19
Voir le profil de l'utilisateur
Tales Of Old This Time Jamie & Apolline 

Il faisait un doux vent ce matin à Édimbourg, Apolline avait la matinée de libre, elle n'avait rendez-vous qu'à 11 heures en cuisine alors elle pouvait tranquillement se divertir en attendant d'aller travailler. Non pas que son métier ne lui plaisait pas, au contraire, la cuisine était sa passion, mais ce n'était pas pareil depuis qu'elle était arrivée en 1770. Heureusement, elle aimait beaucoup lire et se promener, de ce fait, la technologie de 2018 ne lui manquait pas vraiment, à part peut-être le téléphone portable, qui était bien plus efficace que les missives et les lettres qu'on envoyaient et qui mettaient très longtemps à être reçu. Elle aimait par dessus tout lire et avait dans son esprit le souhait de se faire sa propre bibliothèque avec les ouvrages qu'elle aimait beaucoup et qu'elle pouvait lire à cette époque.

Apolline n'était jamais entrée dans une imprimerie et elle avait eu un petit temps d'hésitation avant de faire tinter la clochette de la porte d'entrée de l'enseigne. Un exemplaire des poèmes de Shakespeare contre elle, ce livre lui avait été prêter par un ami qui partageait sa passion. Elle ne vit personne dans le sas des clients alors, elle se racla un peu la gorge pour signaler sa présence avant de regarder un peu autour d'elle. Elle ne savait pas trop si recopier un livre était possible dans une maison comme l'imprimerie Alexander Malcom, elle l'espérait, sinon elle serait bonne pour le faire elle-même tous les jours matins et soirs après avoir travailler. Elle imaginait déjà les heures de sommeil en moins qu'elle devrait faire pour réaliser son souhait.

Soudain un home arriva, Apolline pensa tout de suite que c'était l'imprimeur. C'était un homme plutôt imposant, roux. Un écossais, sans aucun doute. Elle lui fit un sourire un peu timide, parce qu'elle l'impressionnait, avant de parler. "Bonjour," avait-elle dit.  "J'aimerais savoir si c'est possible de recopier cet ouvrage..." Elle se pinça un peu les lèvres. "Je suis désolé si ce n'est pas le cas...C'est la première fois que viens ici et je ne connais pas grand chose à l'imprimerie..." En 2018, elle n'aurait pas eu besoin d'aller chez un imprimeur, elle aurait été en acheter un exemplaire dans un magasin ou alors elle l'aurait scanner avec une imprimante...





©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Sam Heugham
Sam 11 Aoû - 11:17
Voir le profil de l'utilisateur
Tales Of Old This Time
Les jours passent, il y a des jours où j'ai le sentiment d'être le propre spectateur de ma vie, de la société devant moi. Il est bien loin le Jamie Fraser d'autrefois, celui qui se battait pour la cause jacobite, celui qui avait encore de l'espoir. Non ce Jamie est là est mort depuis bien longtemps pour laisser place à un tout autre homme plus solitaire, plus mystérieux. Jamie Fraser à laisser place à James Alexander Malcom imprimeur. C'est un métier comme un autre où je me fonds bien dans la masse. Pourquoi l'imprimerie? Claire avait l'habitude de dire que le papier traversait les années. Peut être que oui peut être que non. Je commence comme chaque matin à préparer la presse le mécanisme comme à se gripper par endroit malgré le graissage quotidien. La clochette d'entrée se fit entendre. Il est bien tôt je me demande bien de quoi il retourne. Après m'avoir essuyer les mains je me dirige vers l'entrée où je trouve une jeune demoiselle tenant dans ses mains un livre. J'attends qu'elle parle. Je suis si impressionnant? On dirait qu'elle est intimidé.

"Bonjour. Je n'ai pas pour habitude de recopier d'ouvrage mais ça ne devrait pas être impossible."

Je lui offre un petit sourire comme pour la rassurer et la mettre en confiance. Je tends une de mes mains pour prendre l'ouvrage et voir comment est l'écriture, je peux reconnaitre le nom de l'auteur William Shakespeare un poète.

"C'est rare de voir une lady s’intéresser à la poésie. Vous semblez un peu perdu n'ayez crainte je ne mords pas."
Code par Hiyorin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Elizabeth Olsen
Lun 13 Aoû - 16:55
Voir le profil de l'utilisateur
Tales Of Old This Time Jamie & Apolline 

L'homme en face d'Apolline est impression et elle ne peut pas nier sa beauté, on en fait plus des comme ça en Ecosse de 2018 sinon elle serait déjà mariée. Quoi qu'il en soit, il a fier allure et semble un homme en qui on peut avoir confiance. Il ne se présente pas, Apolline n'a pas besoin de ça, elle présume qu'il est le maître des lieux sans soucis. Il lui indique alors qu'il n'est pas du genre à recopier les livres mais veut tout de même tenter, elle lui fit un petit sourire. "Si vous arrivez à faire cela, croyez-moi, je serais une de vos plus fidèles cliente au vu de tout ce que je souhaite recopier!"   Elle se détendait peu à peu mais tentait de ne pas faire de bêtises quand elle parlait, après tout, un mot de travers pouvait vite arrivé avec elle. Elle était maladroite et apprenait encore à parler comme dans cet ancien temps.

Il tendit sa main et elle posa alors l'exemplaire de sonnets dans ses mains tandis qu'il fut surpris qu'elle soit intéressé par cela. Son sourire se fit plus franc. "Vous aimez ?" avait-elle demander avant qu'il ne lui indique de se calmer. "Désolé d'être aussi nerveuse, je n'ai pas pour habitude de venir dans des lieux autres que la cuisine où je travaille...Et on peut dire que c'est plus facile de parler à une tomates qui est entrain de se faire découper plutôt qu'à un être humain." Enfin, elle voulait rajouter que ce qui l'a gênait c'était l'époque mais elle se tut, elle ne pouvait pas dire cela. "Je m’intéresse beaucoup à la littérature, Shakespeare écrit plus facilement du théâtre que de la poésie mais, ses sonnets sont très beaux." Son poète préféré était Baudelaire mais celui-ci n'écrivit les fleurs du mal que 100 ans plus tard, au moins elle ne pouvait pas le citer! Qu'il était dure de rester insouciante à tout ce savoir!

"Je compte me faire ma propre bibliothèque, pour pouvoir avoir de quoi lire quand je ne suis pas en cuisine. "
Elle était si heureuse de pouvoir dire cela, se faire une bibliothèque, elle rêver de s'en faire une même à sa propre époque! "Combien cela me coûtera?" avait-elle dit. La blonde regardait à présent le rouquin d'une façon plutôt détendue, avoir parler de ce qu'elle souhaitait lui avait fait du bien, après tout, être imprimeur, c'était aussi aimer la lecture et il devait comprendre le souhait d'Apolline.



©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: